LA FORMATION
Afin d’entreprendre des études dans le programme d’IPS, la candidate doit détenir un grade de bachelier (B.Sc.) en sciences infirmières et avoir pratiqué, comme infirmière, dans le domaine d’étude choisi pendant au moins 2 ans à temps complet (ou l’équivalent). 
Par la suite, la candidate entreprend une formation universitaire de 2e cycle. Elle obtient une maitrise (M.Sc.) en sciences infirmières option pratique avancée et un diplôme complémentaire en sciences médicales selon l’option choisie (cardiologie, néonatalogie, néphrologie ou soins de première ligne). 
Le programme, d’une durée de deux ans, débute par une formation théorique d’une année et demie et d’un stage de 6 à 8 mois, selon les spécialités. 

Le tableau suivant évoque un résumé de la formation universitaire pour les infirmières.

tableau1 formation 2

La formation d’IPS au Québec, tant théorique que clinique, diffère des autres provinces canadiennes. Elle se fait au départ dans une spécialité bien précise, tandis que dans les autres provinces la formation est davantage générale et l’infirmière praticienne a la liberté de se spécialiser durant sa pratique. De plus, la formation au Québec comporte davantage d’heures de formation sur le plan théorique ainsi que sur le plan clinique (stage). Voici une comparaison entre les provinces.

                   TABLEAU 2 - NOMBRE COMPARATIF D’HEURES D’ENSEIGNEMENT THÉORIQUE

DANS LES PROGRAMME DE FORMATION IP AU CANADA

Province Enseignement théorique (heures)
Québec (toutes les universités) 630
Alberta (University of Alberta) 429
Nouveau-Brunswick (University of New-Brunswick) 468
Colombie-Britannique (University of British Columbia) 492
Ontario 234
Ontario (diplôme en soins de santé primaires) 273

Source: Tiré de la référence1

TABLEAU 3 - NOMBRE COMPARATIF D’HEURES DENSEIGNEMENT CLINIQUE

DANS LES PROGRAMMES DE FORMATION IP AU CANADA

Province Enseignement clinique (heures)
Québec (toutes les universités) 910 à 980
Manitoba (University of Manitoba) 800
Colombie-Britannique (University of British Columbia) 794
Ontario (University of Toronto) 730
Alberta (University of Calgary) 720
Nouvelle-Écosse (University of Dalhousie) 700
Nouveau-Brunswick (University of New-Brunswick) 700
Nouveau-Brunswick (University of Moncton) 700
Terre-Neuve (University of Newfoundland) 596
Alberta (University of Alberta) 400 à 600
Ontario (diplôme en soins de santé primaires) 416

Source: Adaptation à partir des références

Principales universités québécoises offrant les programmes de formation pour l’IPS

Cardiologie: Université Laval** et Université de Montréal
Néonatalogie: Université McGill
Néphrologie: Université Laval** et Université de Montréal
Soins de 1ère ligne: Université Laval, Université de Montréal, Université McGill, Université de Sherbrooke, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Université du Québec à Trois-Rivières (programme conjoint avec Université de Montréal), Université du Québec à Chicoutimi**, Université du Québec en Outaouais

* Le rôle de l’IPS au Québec étant à ses débuts, il est possible que d’autres Universités s’ajoutent à la liste ci-haut. Vérifier auprès des universités non mentionnées.
** Admission actuellement suspendue dans cette université pour cette spécialité.

Milieux de stage 
Pour connaitre la liste des milieux de stage clinique accrédités des candidates infirmières patriciennes spécialisées (CIPS) par université, veuillez consulter le site de l’OIIQ à l’adresse suivante :
https://www.oiiq.org/sites/default/files/uploads/pdf/pratique_infirmiere/ips/liste_MC_formation_IPS_reconnus.pdf

Références

  1. Durand, S. & Maillé, M. (2013). Mémoire : Optimiser la contribution des infirmières praticiennes spécialisées pour mieux servir la population québécoise. OIIQ : Auteur. Extrait le 12 février 2015 de l’adresse  http://www.oiiq.org/sites/default/files/3385-Memoire-IPS.pdf
  2. Association des infirmières et infirmiers du Canada/Canadian Nurses Association. (2010-2011b). Outils et rapports : analyse comparative des programmes de formation d’IP au Canada. Ottawa : Auteur. Extrait le 12 février 2015 de l’adresse http://www.ipenfin.ca/docs/tech-report/section5/04_Education_AppendixC.pdf

LA PRATIQUE CLINIQUE AU SEIN DE LA POPULATION 
Malgré le nombre d’heures de formation plus étendues au Québec comparativement aux autres provinces canadiennes, l’autonomie professionnelle ne suit pas la même tangente. En effet, c’est au Québec que l’IPS pratique le moins d’activités médicales. Voici un tableau comparatif de l’autonomie professionnelle entre provinces.

 

TABLEAU 4 - ACTIVITÉS MÉDICALES ENTRE LES PROVINCES CANADIENNES

 

  N.B. N.É. Ont. Alb. C.B. Sask. Man. T.N. Î.P.E. Qc
Poser le diagnostic  
Communiquer le diagnostic  
Amorcer un traitement pour une maladie chronique  
Prescrire examen d’imagerie médicale
Prescrire examens de laboratoire et autres examens
Prescrire des radiographies
Exécuter des procédures
Prescrire des traitements

Source : Adaptation à partir de la référence

Les IPS en cardiologie, néonatalogie et néphrologie exercent en milieux hospitaliers avec une clientèle hospitalisée ou encore en clinique ambulatoire de ce même hôpital.
Les IPS en soins de première ligne pratiquent tant qu’à elles essentiellement en CLSC, en dispensaire, dans les GMF (groupe de médecine familiale) ou sur une unité de médecine familiale (UMF) en centre hospitalier. 

Référence 

1. Association des infirmières et infirmiers du Canada/Canadian Nurses Association. (2005). The Regulation and Supply of Nurse Practitioners in Canada. AIIC-CNA : Auteur. Extrait le 12 février 2015 de l’adresse http://www.ipenfin.ca/docs/tech-report/section4/06_HHR_AppendixE.pdf